Méta :

Search

Ce qu’on enseigne à l’école

janvier 2nd, 2009 by cfieljadida2009

http://www.crdp-reunion.net/index.php?page=libmed_hg

http://www.monde-diplomatique.fr/2007/11/MESNARD/15327



Mémoire de la traite négrière

Ce qu’on enseigne à l’école

En France, l’histoire des traites négrières et de l’esclavage organisés par les puissances coloniales européennes demeure peu enseignée avant le baccalauréat. Publiés après le vote de la loi Taubira (lire « Longue marche contre l’oubli »), les programmes de l’école élémentaire (1) commencent à lui faire une place depuis 2002. Rédigés sous l’autorité de l’historien Philippe Joutard, ceux-ci tendent à intégrer, tant en histoire qu’en géographie, les apports de la recherche et visent à rompre avec la mythologie nationale des programmes précédents. Les documents d’application destinés aux professeurs des écoles évoquent explicitement « le massacre des Indiens d’Amérique, une nouvelle forme d’esclavage avec la traite des Noirs… », qu’ils définissent comme un « point fort des programmes ». Ils citent les « esclaves d’une plantation » dans la rubrique des « personnages et groupes significatifs » ainsi que Victor Schœlcher, « père » de la seconde abolition de l’esclavage en 1848 (date qui fait partie des « repères chronologiques » à connaître par les élèves).

Cependant, sous prétexte d’« allégement », le ministre de l’éducation nationale Gilles de Robien a décidé de supprimer des programmes les points suivants : « l’apparition d’une nouvelle forme d’esclavage » (Temps modernes), « le mouvement des Lumières » (XVIIIe siècle), « l’inégalité entre l’homme et la femme exclue du vote et inférieure juridiquement » (XIXe siècle), « l’extermination des juifs par les nazis » (XXe siècle). Les programmes de géographie de l’école élémentaire ont eux aussi connu des « allègements » qui les rendent très largement incohérents (2).

Gageons que cette régression scientifique et pédagogique pour l’enseignement primaire n’aura que des effets mineurs, car on ne raye pas d’un coup de plume des questions historiques et géographiques essentielles à la compréhension du monde contemporain. Les programmes d’histoire ne peuvent plus reproduire les récits élaborés au XIXe siècle. Depuis les années 1960, l’introduction d’une histoire scolaire qui s’ouvre sur l’Europe et sur le monde a transformé cet enseignement dans son contenu et ses méthodes. Toutefois, cette décision est à mettre en relation avec un mouvement plus général de retour à une histoire scolaire dont la finalité première redeviendrait la transmission du « mythe national » (3).

Les programmes du collège (1997) et du lycée (2000) ne font, quant à eux, aucune mention explicite de l’histoire de la traite et de l’esclavage des Noirs. Toutefois, les manuels l’évoquent plus ou moins succinctement : en cinquième, à propos de la géographie de l’Afrique, le poids de l’histoire ancienne et récente est mis en évidence, et le recours à l’esclavage peut être associé à la « destruction des civilisations amérindiennes » ; dans le chapitre « l’Europe à la découverte du monde » (4) ; en quatrième, quelques lignes abordent la question que les élèves retrouvent sous forme d’un dossier consacré à l’abolition en 1848. En seconde, certains manuels introduisent l’histoire de la traite, de l’esclavage et des abolitions dans la partie du programme intitulée « La Révolution et les expériences politiques en France jusqu’en 1851 » (5).

Pour la plupart des manuels, notamment ceux du secondaire, l’esclavage des Noirs dans les colonies européennes n’est généralement pris en compte qu’au moment de son abolition (6). L’inscription de cette question dans les programmes de l’école élémentaire (avant leur « révision » de 2007) et dans ceux du secondaire « adaptés » pour les départements d’outre-mer (DOM) par la note du 16 février 2000 a eu des effets éditoriaux, notamment l’édition d’ouvrages pour la jeunesse et de manuels pour les DOM. Enfin, le silence des programmes du secondaire n’empêche pas des professeurs et certains auteurs de manuels de prendre en compte ces questions lors de leurs leçons, mais la plupart se contentent d’une évocation sans lien avec le monde contemporain.

Le silence sur l’histoire de l’esclavage colonial et sur les révoltes des esclaves pour leur liberté est ancien (7). De Jules Michelet à Pierre Nora, l’histoire de France est réduite au territoire hexagonal et à sa population blanche. Le récit national français tel qu’il a été élaboré sous la IIIe République a cherché à marginaliser, voire à effacer, tout ce qui pouvait ternir l’image d’une France unie et généreuse. Alors que les historiens avaient le pouvoir de construire et de diffuser le « mythe national », aucun descendant d’esclave n’avait la légitimité de le contester : la vie et les résistances des esclaves ne furent pas intégrées à la geste nationale. Seuls furent mis en avant les abolitionnistes.

Toutefois, même si les abolitions sont signalées, on ne s’y attarde pas : ainsi sont passés sous silence le soulèvement des esclaves en 1793 qui causa la première abolition de l’esclavage à Saint-Domingue (Haïti) – cette révolte fut à l’origine du vote par la Convention, en février 1794, du décret d’abolition pour toutes les colonies françaises –, et les conditions ainsi que les effets de l’abolition de 1848 qui attribua la citoyenneté aux « nouveaux libres ». Les élites locales ont participé, dans les « vieilles » colonies, à ce silence en gommant toute référence au passé esclavagiste.

Les historiens qui ont travaillé sur cette histoire sont restés isolés, et la transmission de ce savoir a été rendue difficile par l’absence de centres de recherche et la grande rareté des cours consacrés à ces questions dans les universités françaises.

Des publications récentes et de qualité ne manquent pas. Toutefois, leur prise en compte par les ouvrages de synthèse qui influent le plus sur l’information des étudiants et des enseignants demeure insuffisante, voire inexistante. L’enseignant qui prépare une leçon sur l’histoire de la traite et de l’esclavage est confronté à une série d’interrogations. comment envisager les relations complexes et souvent conflictuelles entre la mémoire dont certains élèves peuvent être porteurs et l’enseignement de l’histoire ? Comment donner du sens aux informations que reçoivent les élèves (à l’école, par les médias, dans la famille) ? Que montrer ou… ne pas montrer ? Comment aborder des textes qui défendent des thèses racistes ou des images qui donnent une vision dégradante de l’être humain ? Quel équilibre trouver entre une nécessaire mise à distance et une évocation formelle qui cantonnerait cette histoire à un segment sur une frise chronologique ou à un triangle sur une carte ?

Les enjeux civiques rendent d’autant plus nécessaires la précision et la rigueur pour contrecarrer la confusion entretenue par la « concurrence des mémoires ». L’information scientifique apportée par la leçon contribue à l’instruction et à la formation de l’esprit critique des élèves. Comme lors de tout cours d’histoire, l’identification précise des sources documentaires (nature du texte ou de l’image, date de production et contexte, auteur, destinataire…) est d’autant plus formatrice qu’elle aide à comprendre l’importance du point de vue de celui qui tient la plume (ou le pinceau) ainsi que la différence entre un témoignage, une fiction, le texte d’un historien ou un reportage.

L’initiation à la critique documentaire amène les élèves à s’interroger sur le sens du choix de tel mot ou de telle image pour justifier ou pour condamner la traite et l’esclavage. Elle les rend sensibles à la polysémie de mots. Elle incite les futurs citoyens à la défiance à l’encontre de l’euphémisation des pratiques criminelles déjà largement pratiquée par la « communication » (c’est-à-dire la propagande) du lobby négrier qui se fit, face aux critiques, le défenseur de la « liberté du commerce », de la « prospérité des ports, des colonies et de la France » grâce au maintien du trafic du « bois d’ébène » et des « pièces d’Inde » sauvées de la « barbarie africaine ».

Les cours sur l’histoire de la traite et de l’esclavage gagnent à être mis explicitement en relation avec la géographie. Comment, en effet, comprendre la complexité du peuplement américain et la diversité de ses populations sans les mettre en relation avec ces pages d’histoire ? Quant à la connaissance des sociétés africaines, elle demeure un des « angles morts » de nos programmes. Cette ignorance contribue à la persistance de stéréotypes racistes.

L’éducation civique est l’occasion de réfléchir sur les formes contemporaines d’asservissement, dont le travail des enfants est une des manifestations les plus sensibles. Les réalités de l’exploitation et de la servitude sont multiples, mais de légaux et officiellement pratiqués, la traite des êtres humains et l’esclavage sont devenus illégaux et clandestins. Cette précision n’est pas anodine, car elle ouvre une réflexion essentielle sur le rôle de la loi, mais aussi sur ses limites lorsque des Etats, malgré les conventions internationales, ne se donnent pas les moyens de la faire respecter.

Eric Mesnard.

Enseignement, Histoire, Esclavage, France

Lien   type=text/javascript></SCRIPT> imprimer Imprimer

Eric Mesnard

Professeur d’histoire et de géographie, auteur d’Histoire des traites négrières et de l’esclavage (avec Aude Désiré), CRDP de l’académie de Créteil, novembre 2007.

(1) Ministère de l’éducation nationale, Qu’apprend-on à l’école élémentaire ? Les nouveaux programmes, CNDP-XO Editions, Paris, 2002 ; et Documents d’application des programmes. Histoire et géographie. Cycle 3, CNDP, Paris, 2002.

(2) Ministère de l’éducation nationale, Qu’apprend-on à l’école élémentaire ?, CNDP-XO Editions, 2007. Cette édition destinée à la vente en librairie reprend les textes du Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale du 12 avril 2007.

(3) Claude Liauzu et Gilles Manceron (sous la dir. de), La colonisation, la loi et l’histoire, Syllepse, Paris, 2006.

(4) Programmes du cycle central. 5e et 4e, CNDP, livret I, p. 39-40, Paris, 1997.

(5) « Programme histoire 2e », Bulletin officiel hors-série, n° 6, 31 août 2000.

(6) Les éditions les plus récentes de certains manuels du secondaire tendent à donner une place plus grande à ces questions.

(7) Myriam Cottias, La Question noire. Histoire d’une construction coloniale, Bayard, Paris, 2007.

Voir aussi le courrier des lecteurs dans notre édition de décembre 2007.

http://groups.msn.com/lesamisdecfieljadidamaroc/proposerunlien.msnw?action=get_message&mview=0&ID_Message=292&LastModified=4675674773016362119

Posted in علوم التربية, اجتماعيات | Réagir »

histoire et géographie

janvier 2nd, 2009 by cfieljadida2009

http://www.tarbiya.ma/Default.aspx?tabid=64

    Enseignement de l’Histoire et de la Géographie تصغير

La terre il y’a 170 millions d’années…

Simulation de la dérive des continents durant 170 Millions d’années. Animation utile pour les classes des sciences naturelles et de l’histoire géographie du niveau collège. Décompresser le fichier avant utilisation     تعليقات (0)

Les climats de la terre

Un site intéressant qui présente des cartes du monde selon plusieurs critères comme cet exemple de carte des climats. Elle présente les différents climats de la terre allant du climat polaire jusqu’au climat le plus aride…     تعليقات (0)

Quand les roches racontent leur histoire…

L’étude descriptive des roches et la réflexion portée sur leur origine au cours des dix dernières années, ont permis de comprendre les différentes étapes de leur formation.     تعليقات (0)

La planète terre

Un cours d’introduction et de culture scientifique en Sciences de la Terre, accessible à tous, axé sur les grands et petits phénomènes qui affectent et régissent notre planète: dérive des continents, tectonique des plaques, tremblements de terre, volcanisme, changements climatiques, rôle des océans, minéraux et roches, histoire des continents et des océans, histoire de la vie sur terre, etc.     تعليقات (1)

Ressources cartographiques et historiques

Atlas-historique.net a pour ambition d’offrir aux internautes francophones des repères utiles à la compréhension de l’histoire du monde contemporain (de 1815 à nos jours) et de la situation géopolitique du monde actuel à travers un médium particulier, situé entre l’image et le texte ; la cartographie.     تعليقات (0)

Posted in اجتماعيات | Réagir »

من أبطال المقاومة الأمازيغية: أنطالاس

janvier 2nd, 2009 by cfieljadida2009
  Envoyé : 13/12/2007 11:35

Posted in اجتماعيات | Réagir »

Des animations (schémas, croquis, cartes, analyse d’images…) pour enseigner l’

janvier 2nd, 2009 by cfieljadida2009
  Envoyé : 25/05/2008 23:17

Des animations (schémas, croquis, cartes, analyse d’images…) pour enseigner l’histoire-géographie

 

Du tableau noir à l’écran projeté…

  • L’élaboration de schémas pour exprimer graphiquement une analyse, un raisonnement ou une synthèse est une pratique didactique ancienne pour notre discipline. Rénovée par la chorèmatique, elle fut occultée ces dernières années par la réalisation du croquis de synthèse “type bac”.
  • Le programme du cycle terminal des séries ESL et S précise aujourd’hui que l’enseignement de la géographie doit privilégier “la carte, le croquis, le schéma, l’image pour former les élèves au raisonnement géographique. Les TICE peuvent trouver là une application particulière (recherches documentaires sur Internet, construction de graphiques et de cartes assistée par ordinateur, traitement d’images numériques)”. (B.O.E.N. n°7 du 3 octobre 2002)
  • Parallèlement, les enseignants utilisent de plus en plus des présentations assistées par ordinateur ou diaporamas. C’est souvent leur première entrée dans les activités TICE en présence d’élèves. L’usage du diaporama repose sur la progression des équipements en vidéoprojecteur. Rares naguère, ces périphériques se répandent sinon se banalisent. Le vidéoprojecteur ouvre les portes de l’utilisation, en classe, des ressources locales d’un l’ordinateur (encyclopédies, cédéroms, atlas et autres documents personnels…) et des ressources en ligne par l’Internet.

Les ressources des logiciels libres

  • La suite bureautique Open Office est gratuite et offre, non seulement une compatibilité avec la suite Office de Microsoft, mais aussi des fonctionnalités supplémentaires.
  • On trouvera notamment, à l’initiative de Gilles Badufle, un remarquable outil pour créer des cartes et des croquis,  Cart’OOo . Pour mieux connaître les ressources d’Open Office et, en particulier, de Cart’OOo, se reporter au site http://ooo.hg.free.fr/
  • Le module de présentation Impress (équivalent OOo de Powerpoint) offre la possibilité d’une exportation des animations au format swf, Ce format Flash est directement lisible par les navigateurs Internet récents et protège en outre les données sources…

Des schémas et des carte animés pour enseigner le programme de 1ère et de terminale

  • Vous trouverez ci-dessous un ensemble de “petits objets numériques” animés, dédiés à l’enseignement de notions géographiques (schémas) et à la mise en oeuvre du croquis géographique pour l’épreuve du bac.
  • Pour les croquis, au début de l’animation, après la page de garde, se trouve le fond de carte avec la légende vide. Cette page, imprimée (en mode paysage), peut servir de fond de document de travail pour les élèves. Si vous ne disposer pas d’un vidéoprojecteur et d’un accès Internet dans votre classe, la dernière page de l’animation peut être imprimée sur un transparent pour le rétroprojecteur.

Yves Guiet

Lycée R. Loewy - 23300 La Souterraine

Académie de Limoges

 

Des ressources sur l’histoire antique et médiévale (6ème et 5ème)

Gérard Laurichesse

Collège R. Loewy -23300 La Souterraine

Académie de Limoges

Éléments d’histoire médiévale

Limoges : l’évolution d’une ville de l’antiquité au XIIIe siècle 

Augustoritum (667 ko)

Un château médiéval : la tour de Bridiers (Creuse)  (167 ko)

Un édifice gothique : la cathédrale Saint Etienne de Limoges (294 ko)

Un édifice roman : la basilique Saint Sernin  de Toulouse (959 ko)

Un exemple de l’imaginaire religieux au Moyen Age

Le Jugement Dernier

Étude du  portail  de l’abbatiale de Conques,

chef d’oeuvre de la sculpture romane.

Faire étudier la composition du portail

(830 ko)

La fiche de travail (.pdf)

Faire étudier 

les scènes du Jugement Dernier

1,7 Mo ! 

(Attention au temps de chargement)

Aide pédagogique

Yves Guiet

Lycée R. Loewy

23300 La Souterraine

Académie de Limoges

 

 

 

Pages trouvées

 : 25/05/2008 23:19

source:      http://www.educreuse23.ac-limoges.fr/loewy/swf/default.htm

Yves Guiet

Lycée R. Loewy - 23300 La Souterraine

Académie de Limoges

 

Des ressources sur l’histoire antique et médiévale (6ème et 5ème)

Gérard Laurichesse

Collège R. Loewy -23300 La Souterraine

Académie de Limoges

Éléments d’histoire médiévale

Limoges : l’évolution d’une ville de l’antiquité au XIIIe siècle 

Augustoritum (667 ko)

Un château médiéval : la tour de Bridiers (Creuse)  (167 ko)

Un édifice gothique : la cathédrale Saint Etienne de Limoges (294 ko)

Un édifice roman : la basilique Saint Sernin  de Toulouse (959 ko)

Un exemple de l’imaginaire religieux au Moyen Age

Le Jugement Dernier

Étude du  portail  de l’abbatiale de Conques,

chef d’oeuvre de la sculpture romane.

Faire étudier la composition du portail

(830 ko)

La fiche de travail (.pdf)

Faire étudier 

les scènes du Jugement Dernier

1,7 Mo ! 

(Attention au temps de chargement)

Aide pédagogique

Yves Guiet

Lycée R. Loewy

23300 La Souterraine

Académie de Limoges

oyé : 25/05/2008 23:25

http://www.educreuse23.ac-limoges.fr/loewy/swf/Conques_Fiche_Prof.pdf

http://www.google.co.ma/search?sourceid=navclient&hl=ar&ie=UTF-8&rlz=1T4GGLJ_arMA259MA259&q=enseigner+par+image+l%27histoire+et+g%c3%a9ographie

Faire étudier la représentation du Jugement Dernier

sculptée sur le tympan du portail occidental de l’abbatiale romane de Conques (Aveyron)

Classe de 5ème

Place dans le programme de 5ème :

Le programme d’histoire de la classe de 5ème étudie le Moyen Âge et la naissance des Temps modernes.

La partie II est consacrée à l’étude de la chrétienté occidentale et, dans un premier point, à l’Eglise. Les

commentaires du programme précisent :

« L’Église est présentée comme une structure et un acteur essentiels de l’Occident médiéval. Elle

participe à son expansion (évangélisation, pèlerinages, croisades). L’enracinement social et les

manifestations de la foi sont étudiés à partir des monuments et des oeuvres d’art.».

Cartes, repères chronologiques, documents associés à cette partie :

Carte : diffusion de l’art roman et de l’art gothique.

Repères chronologiques : la première croisade (1095) ; Bernard de Clairvaux (XIIe siècle) ;

François d’Assise (XIIIe siècle).

Documents : une abbaye ; une cathédrale.

Commentaires

« Les cartes, les repères chronologiques et les documents sont au centre des programmes et en

constituent la trame nécessaire. (…)

Les documents, textes ou oeuvres, ne sont pas destinés à simplement illustrer le programme,

ils doivent être étudiés en eux-mêmes. Les textes ou extraits de textes seront lus par les élèves,

les images identifiées et expliquées. Ainsi les élèves pourront-ils acquérir une véritable culture

historique. Bien entendu, la liste des documents a un caractère indicatif. Il est toujours loisible

au professeur de proposer, en fonction des situations locales, de la nature des fonds

documentaires disponibles ou des possibilités de coopération interdisciplinaire, d’autres

documents que ceux qui sont suggérés par le programme, à condition que leur valeur

signifiante soit attestée. »

Remarques, précisions, approfondissements…

L’oeuvre étudiée est un peu précoce pour les priorités retenues dans le programme (XIIe et XIIIe). Datées

des XIe et XIIe siècles les sculptures du portail de Conques témoignent d’une période charnière dans le

renouveau de la spiritualité médiévale qui s’épanouira plutôt aux XIIe et XIIIe siècles.

Elles correspondent à une période de transition entre les peurs de l’an mil où la figure terrible de Dieu le

Père préside à l’Apocalypse d’un monde entièrement condamné vers une phase centrée sur la figure du

Christ où un Jugement Dernier permet aux hommes certes de craindre la damnation mais aussi d’espérer

la béatification… A Conques, c’est bien le Christ, fils de l’Homme, qui rend le Jugement et non Dieu le

Père créateur. Paradis et Enfer sont donnés à voir aux pèlerins et non les seuls tourments de l’Apocalypse.

Une rédemption devient possible. Mais, le Purgatoire « exigence de la masse » qui prolongera cette

évolution dans le dogme chrétien n’est pas encore figuré. (cf. Jacques Le Goff, L’invention du Purgatoire,

1981).

Enseigner l’histoire des religions est une chose pédagogiquement difficile. Selon les élèves, les classes, les

établissements, faire comprendre le rôle de l’Eglise et de la foi dans la société médiévale est une tâche

ardue. Aujourd’hui, comme à l’époque, la figuration, le réalisme, la disposition en « vignette » des scènes

sculptées offrent, par le biais de l’image, une bonne passerelle.

Enfin cette séquence peut permettre d’amorcer une réflexion sur les fonctions de l’art - ici pour entrouvrir

les portes de l’imaginaire des pèlerins – et sur le rôle du patrimoine pour la connaissance du passé.

1 Conques_Fiche_Prof.sxw

Démarche didactique : Lire, observer, identifier, mettre en relation…

« On habituera les élèves à observer, à identifier et à confronter cartes, images, textes et oeuvres. (…)

L’utilisation des technologies actuelles de communication (…) enrichit les pratiques documentaires en classe

et au CDI. » disent les commentaires du programme.

L’étude du portail de Conques est divisée en deux animations. La première est consacrée à l’étude de la

composition du portail, la seconde à l’étude des scènes figurées dans les sculptures.

Il ne s’agit pas d’offrir avec ces deux animations Flash une simple illustration de l’art roman, mais

des outils de mise en activité des élèves.

Les animations sont conçues pour être utilisées en classe entière avec un vidéoprojecteur. Réalisées

avec le module de présentation de la suite logicielle OpenOffice, le défilement des diapositives est prévu

pour ménager des phases de travail personnel des élèves. Les documents de travail correspondent aux

diapositives qui contiennent, en bas à gauche, l’étiquette Observation…. Ils sont à imprimer, à photocopier

et à distribuer aux élèves. L’mpression peut être déclenchée directement à partir de l’animation, via le

navigateur Internet utilisé, mais dans ce cas il faut penser à paramétrer l’imprimante en mode Paysage.

Plus simplement les documents de travail peuvent être aussi imprimés à partir du fichier .pdf contenant

les documents élèves.

Lors de la séance de travail, l’enseignant projette sur un grand écran, la vue sur laquelle travaillent les

élèves et qu’ils ont aussi sur un support papier sous les yeux. Puis, avec les diapositives suivantes, il

procède au corrigé.

Pour les sculptures, selon le temps disponible, une sélection des scènes à faire étudier peut être faite. Le

travail peut aussi être réparti par groupes.

Et puis à chacun de s’approprier ces ressources médias…

Sources et compléments bibliographiques :

Quelques indications très partielles…

Le site officiel de Conques : http://www.conques.com

L’essentiel des commentaires est inspiré de ce site et des travaux de J-C Fau, parus aux éditions du

Beffroi. Merci pour la ressource fournie et la qualité du site.

En ligne, une autre lecture détaillée du tympan par Marie Vigouroux sur le site de l’aumonerie catholique

de l’ENS : http://www.eleves.ens.fr/aumonerie/seneve/careme98/conques.html

Une approche pédagogique sur l’Eglise au Moyen Age par de Marie-Claude Biétry sur le site académique

de Bordeaux.: http://histoire-geographie.ac-bordeaux.fr/dossiers/stages/stages2001-

2002/faitreligieux/bietry.htm

Parmi les innombrables ressources historiographiques sur le Moyen Age et sur le sacré (Dubuy, Delumeau…)

on retiendra :

Jacques Le Goff, L’invention du Purgatoire, 1981.

François Avril et Jean-René Gaborit, La France romane au temps des premiers Capétiens ( 987 - 1152),

Musée du Louvre , éditions HAZAN 2005. Catalogue de l’exposition sur la France romane (mai 2005).

Les grandes heures du Moyen Age, revue l’Histoire, janvier 2004 (concerne surtout le XIIIe siècle).

Dictionnaire du Moyen Age, sous la direction de Cl. Gauvard , A. de Libera , M. Zink, PUF, 2002 .

Pour la réalisation de l’animation Flash, se reporter au

site http://ooo.hg.free.fr/ de Gilles Baduffle (académie de Caen).

2 Conques_Fiche_Prof.sxw

nvoyé : 25/05/2008 23:28

Enseigner l’Histoire, la Géographie, l’Education civique, juridique et sociale (ECJS)

Géographie de l’Amérique latine

(extraits de la Chronique internet, 372)
http://aphgcaen.free.fr/chronique/aphg372.htm

(Voir aussi la conférence de Bernard Bret ) :
http://aphgcaen.free.fr/amlatine.htm

Ce sujet est une bonne illustration de l’intérêt que présentent les ressources francophones en ligne mais aussi de leurs limites. Les contributions scientifiques sont le plus souvent publiées en anglais, en espagnol, ou en portugais, et il faut souvent les chercher plutôt en sciences sociales qu’en géographie. En ce moment, en français, la production scientifique concernant l’Amérique latine est à rechercher essentiellement dans les livres et dans les revues : ce numéro d’Historiens et géographes en est une preuve, tout comme les bibliographies publiées lors des concours.

Si l’on souhaite mener une recherche sur Internet, une entrée s’impose en français : celle du GIS Réseau Amérique latine installé à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse. Ce Groupement d’Intérêt Scientifique fédère les activités des principales équipes françaises travaillant sur l’Amérique latine dans les domaines de la recherche et de la documentation, comme l’Institut des Hautes Etudes sur l’Amérique latine (IHEAL), l’unité de recherche mixte Regards (CNRS - IRD), le Groupe de Recherche sur l’Amérique latine (GRAL). Le Cedocal, Centre de documentation sur l’AL a mis en ligne les sommaires récents des revues latinoaméricanistes qu’il reçoit régulièrement
http://www.reseau-amerique-latine.fr/
http://www.iheal.univ-paris3.fr/iheal-credal/iheal-credal.html
http://www.regards.cnrs.fr/
www.univ-tlse2.fr/amlat/doc/docg.htm

Le GIS a mis en ligne de nombreuses banques de données, un calendrier des colloques ( par exemple, en juin dernier, à Paris, un colloque : “Mondialisation économique et gouvernement des sociétés : l’Amérique latine, un laboratoire ?”. Le réseau propose une liste de diffusion, une sélection des nouveaux sites, comme la Society for Latin American Studies, www.slas.org.uk et www.slas.org/uk/links.htm , ou ThèseNet, un répertoire des thèses soutenues en France http://thesenet.abes.fr/
et présente des liens avec les réseaux s’intéressant à l’Amérique latine :
http://www.ibiscus.fr/frame/f_ibis.htm
http://www.red-redial.org/_private/Frances/ppalfranc.htm
Redial (Réseau Européen De Documentation et d’Information sur l’Amérique Latine), une association à but non lucratif, qui regroupe 35 institutions européennes, publie une revue, dispose d’une liste de diffusion, et propose également une importante liste de liens.
www.red-redial.org/_private/Frances/introfranc.htm

En dehors de ce gisement exceptionnel, trois sites ” portail “, dont 2 américains s’imposent :
- Lanic, le portail de l’université du Texas : http://lanic.utexas.edu , en particulier pour les immenses ressources anglophones sur les questions d’environnement et de développement durable, ou sur le thème des droits de l’homme. Ce portail permet également des recherches par pays, par exemple pour le Brésil : http://lanic.utexas.edu/la/brazil/
- ” La Guia Nueva “, ” Internet Resources for Latin America “, à l’université du Nouveau Mexique : http://lib.nmsu.edu/subject/bord/laguia/
- La sélection de Karen Bahr à Louvain : http://www.dvlp.ucl.ac.be/grial/

Des statistiques sont disponibles sur le site du Texas, et sur celui de la CIA pour les données politiques, démographiques et économiques de tous les pays Les sites nationaux du Brésil (IBGE) et du Mexique (INEGI) sont aussi des sources incontournables, avec des versions en anglais :
http://www.odci.gov/cia/publications/factbook/
http://www.lanic.utexas.edu/la/region/statistics/
http://www.ibge.gov.br/
http://www.inegi.gob.mx/
www.inegi.gob.mx/diffusion/ingles/servidores/servidores.html

Le site cartographique de référence est la PCL :
http://www.lib.utexas.edu/Libs/PCL/Map_collection/Map_collection.html

A Toulouse, Mme Lacoste ( lacoste@univ-tlse2.fr ) anime RUMBOS, une liste d’information électronique qu’elle a créée en 1998. Les 700 abonnés y accèdent aux informations sur les colloques, sur les publications, sur les analyses politiques et de “recherche”, sur l’information économique et politique sur les pays d’Amérique Latine…Cette liste est en réseau avec plusieurs autres listes spécialisées dans la recherche sur l’Amérique Latine, et les messages y sont surtout en espagnol et en anglais.

Parmi les autres listes, Mme Lacoste cite MAILAMERICA, animée par des chercheurs espagnols, REDIAL cité précédemment, et gérée depuis l’Espagne, LATAM-INFO, animée par des chercheurs anglais, et très utile pour ce qui concerne l’actualité des pays d’Amérique latine.
Le réseau H-Net regroupe, en histoire, des listes thématiques ou nationales, comme H-MEXICO en anglais et en espagnol, avec une “tolérance” pour le français).

De nombreux chercheurs ont répondu à une requête transmise sur ces différentes listes. Les adresses suivantes
témoignent de l’intérêt de cette mise en commun des ressources documentaires :

- Geo Critica (Barcelone) propose des bibliographies, des éditions en ligne d’ouvrages. Les actes du colloque ” Iberoamérica ante los retos del siglo XXI ” sont accessibles, dont des articles sur la “globalizacion” ou sur la frontière : www.ub.es/geocrit/menu.htm
A Barcelone toujours, Medamerica est spécialisé dans l’étude du développement durable dans l’Amérique latine rurale www.ub.es/medame/sumario.htm

-Consejo Latinoamericano de Ciencias Sociales, Buenos Aires (en espagnol et en portugais)
http://www.clacso.org/

- Inventariando La Red, au Costa Rica, comporte des bases de données, un dossier sur l’Amérique latine et l’OMC : www.geocities.com/inventariando/

- ALAT, la base bibliographique en sciences sociales et humaines est diffusée par CINDOC ( El Centro de Informacion y Documentacion, dans le cadre du CSIC - Consejo Superior de Investigaciones Científicas España)
http://www.cindoc.cesic.es
www.cindoc.csic.es/prod/alat.html

- Dans le débat sur les enjeux du libre échange, les défenseurs s’expriment entre autres sur www.wto.org et www.webforum.org ; les adversaires sur www.wdm.org www.tradewatch.orgwww.oneworld.net/campaigns/wto

- Une sélection de liens à l’université de Leeds : www.geog.leeds.ac.uk/research/andes/fragenv.htm

- Deux exemples d’adresses pour le Chili :
Service sismologique Université du Chili : http://ssn.dgf.uchile.cl
” Toutes les cultures indigènes chiliennes ” : http://rehue.csociales.uchile.cl

Plusieurs colloques sont mentionnés :

- rappel de celui d’Aix en Provence, organisé en septembre 1999, par le Centre d’Analyse et de Recherche Nord-Américaines et latines (CARNAL) et le Groupe de Recherche sur l’AL (GRAL, Toulouse) avait pour thème : ” Les Etats-Unis et les élites latino-américaines ” : http://www.artecuba.com/carnal.html

- ” Transformaciones del Medio Rural ” aura lieu à La Havane, du 5 au 8 février 2001

- ” Octavo Encuentro de Geografos Latinoamericanos ” est organisé à Santiago de Chile, du 4 au 10 mars 2001 http://www.uchile.cl/8egal/

- D’autres colloques sont mentionnés sur le site de la ” Conference of Latin Americanist Geographers ” (CLAG), un groupe de spécialistes membres de ” l’Association of American Geographers ”
www.maxwell.syr.edu/geo/clag/clag.htm

Le site “Iberolinks-Hispanistik und Lusitanistik Online” de Regine Schmolling à Hambourg en indique d’autres :
http://webis.sub.uni-hamburg.de/bib.18/ssg.7_34/internet/hilo/hilod/tagung.htm

La sélection de Marie Claude Ruiz pour les journées APHG à Reims comportait, entre autres, l’association ALEPH qui fédère les activités de recherche d’une cinquantaine de doctorants, chercheurs et enseignants des Universités de Paris 1 et Paris 7. Leur revue HSAL (Histoire et sociétés d’AL) comporte un numéro 1 de 1998 sur le thème des frontières. La mise en ligne semble interrompue depuis cette date.
http://www.ac-reims.fr/datice/hist-geo/default.htm
http://www.sigu7.jussieu.fr/hsal/
http://www.aleph99.org/chal/ressources/revues.html

La Banque mondiale a mis en ligne, en français, des modules éducatifs sur l’accroissement de la population, sur le développement durable. www.worldbank.org/depweb/french/modules/index.htm

Elle propose une page sur l’Amérique latine, http://wbln0018.worldbank.org/external/lac/lac.nsf

Le développement durable a fait l’objet d’une compilation par Ron Mader http://www.txinfinet.com/mader/ecotravel/sustain.html . Un autre site, hébergé en Arizona, traite du même sujet : (Development of Sustainable Agriculture in Arid Regions of Chile)
http://ag.arizona.edu/OALS/oals/proj/linkages/links.html

En français, quelques conférences ont été mises en ligne :

“L’apport des images satellitaires dans l’étude des dynamiques de l’occupation du sol des villes d’Amérique Latine”, d’Anne Collin Delavau, sur le site Cybergéo :
http://www.cybergeo.presse.fr/teldschu/delavaud/delavaud.htm

“Les acteurs locaux et la construction des territoires ruraux en Amérique Latine”, d’ Héctor AVILA SANCHEZ (Université Autonome Chapingo (Mexique), sur Géophile, le site de l’ENS de Saint-Cloud - Fontenay
http://www.ens-fcl.fr/recherch/geophile/al/sources/Avila.htm

Bernard Bret est intervenu sur le thème ” Agriculture et développement “, à Caen et à Rouen. Il a également présenté le Mercosur lors d’un café de géographie
http://www.multimania.com/aphgcaen/amlatine.htm
http://www.ac-rouen.fr/hist-geo/doc/cfr/ada/ada.htm
www.cafe-geo.com

” L’Amazonie : Un paysage forestier ? Un paysage naturel ? ” (Marie-Françoise FLEURY ) est une des conférences mises en ligne sur le site académique de Rouen :
http://www.ac-rouen.fr/hist-geo/doc/ddc/amz/amz.htm

Arte prolonge sur internet l’émission de Jean-Christophe Victor à propos des atouts et des faiblesses du Brésil :
http://www.arte-tv.com/hebdo/dessouscartes/20000311/ftext/start.html

Daniel Letouzey letouzey-at-clionautes.org
http://dletouzey.free.fr

 

Posted in اجتماعيات | Réagir »

enseigner l’histoire-géographie en cycle 3

janvier 2nd, 2009 by cfieljadida2009

Petit guide pour enseigner l’histoire-géographie en cycle 3

Par Marcelin Hamon

dimanche 4 février 2007
L’image dans les disciplines de l’histoire et la géographie est omniprésente, si présente que parfois elle devient transparente et on ne prend plus garde à sa complexité ni à ses différents usages. J’aimerai à travers ma pratique dans un cours de CE2 mettre en avant quelques points d’appui ou éléments de réflexions qui me semblent opératoires dans la classe. Je me focaliserai sur l’image dans l’enseignement de l’histoire géographie.
L’image en histoire géographie a différents statuts :
-  L’image comme illustration : on parle de Louix XIV et on regarde une reproduction d’un portrait, on parle d’une fibule franque et on montre une reproduction photographique afin d’aider les élèves à se représenter cette objet. Ici le plus souvent pas d’analyse, pas mise en éveil de l’esprit critique.
-  L’image comme support de la construction de la connaissance. Je présente par exemple une image de paysage. Mon objectif est d’analyser une partie de territoire aménagé par les Hommes et de comparer photo et carte. Je commence par solliciter la description : quels sont les différents éléments que l’on peut voir ? Puis je dirige la classe vers une lecture plus analytique en proposant d’émettre des hypothèses sur les éléments précédemment cités. Enfin j’entre avec la classe dans une lecture interprétative avec deux points : le contexte de l’image (qui a fait cette image ? Pourquoi ? Pour qui ? …) et la recherche de réponse aux hypothèses précédemment émises.
-  L’image comme objet d’étude. En début d’année suite à l’observation de photos d’objet de la préhistoire ou de maquette présentant des scènes de la vie quotidienne. J’interroge alors les élèves sur la nature du document : la question est du style qu’est-ce que l’on peut se demander sur cette photo ?

Après l’ observations de plusieurs photographies, j’ai obtenu le guide de lecture suivant :
-  De quelle image il s’agit ?
-  De quand date t-elle ?
-  Qui l’a faite ?
-  Pourquoi a t-elle été faite ?
-  Que représente cette image ?
-  Que nous apprend cette image ?

Le questionnement est parfois sans réponse car on ne sait pas qui a fait par exemple la photo, ou alors on ne sait pas de quand elle date exactement, le pourquoi est souvent encore plus délicat surtout pour des élèves de début de cycle 3. L’intérêt est de faire entrer l’image dans la classe non comme une évidence ou le simple reflet de la réalité mais comme un objet construit par l’homme avec des intentions particulières et donc qui s’interroge. Il s’en suit toujours des discussions riches qui rejettent l’évidence de l’image.

Ce guide méthodologique trouve sa classe parmi d’autres sur la lecture de textes historiques par exemple. Il devient la référence et est souvent mis en pratique à travers les différents documents rencontrés. En fait, il s’agit de construire une posture de mise à distance… N’est-ce pas les prémices d’un esprit critique ?

Marcelin Hamon, professeur des écoles.

http://www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3?id_article=2862

Envoyé : 25/05/2008 23:08

Enseigner l’Histoire et la Géographie

Midi-Pyrénées Bac-Brevet Cédéroms Lycée-collège Forum Liens Chercher Textes officiels Météo Citoyenneté Histoire actuelle

Structure de l’index :

Institutions Thématiques Documents sources
   Une sélection de liens vers des sites espagnols et hispano-américain en Histoire et Géographie.  



Sites américains

  • Un index très complet sur les sites historiques des universités américaines

Des branchements multiples, en particulier sur des dossiers complets illustrés (Vikings, Châteaux forts, Capétiens, Napoléon…)

Une véritable gare de triage pour de passionnantes pages américaines. Il s’agit du site des professeurs américains du secondaire (le K1-12).

Propose de nombreux textes historiques allant du Moyen-Age à nos jours pour toute l’Europe occidentale, mais hélas, en anglais, même pour les documents français…

Base de données cartographiques de l’Université du Texas , présentée sous forme de gestionnaire de fichiers. De très nombreuses cartes de qualité sous deux formats (JPEG et GIF) assez faciles à récupérer.

  • Bases de données de la C.I.A
    En anglais. Une description générale et à jour des principaux pays du globe. Pour CHAQUE pays du monde, un dossier d’une dizaine de pages avec des informations de géographie physique, de démographie, et de politique.
  • Le site du National GeographicsVéritable institution des amateurs de géographie américain, le site de cette revue (dont il existe une version française) nous propose (en anglais hélas) l’accès à ses archives depuis 96.

    Les photos sont exceptionnelles, hélas, les sujets sont parfois un peu touristiques…

    A noter un dossier cartographie.

Sites institutionnels internationaux

Le site en français, sur le fonctionnement des institutions européennes.. On y trouve les généralités sur la question. On peut ausssi accéder à la base de données de la CE. Enfin, le Parlement Européen vous ouvre ses portes…

On accède là à la version française du site. Il existe aussi une page de liens en rapport avec l’Organisation des Nations Unies

Le serveur des bibliothèques nationales européennes est en cours de construction. Actuellement, il vous permet d’accéder aux catalogues des toutes les bibliothèques participant au Projet Gabriel. L’interface d’utilisation est cependant un peu complexe puisqu’on utilise le protocole TELNET (Voir le mode d’emploi dans la page Histoire et Informatique).  

  • Le Vatican enfin en ligne !Le Vatican vient de créer son site en ligne. Pour le moment l’accès est un peu confus, mais outre l’accès à des informations religieuses, on a accès à une base d’archives et à une base sur les musées.

Publications

Pour le numéro en cours, seuls quelques articles sont disponibles mais l’intégralité des textes des numéros publiés à partir de 1994 est accessible soit par une recherche indexée (pays ou thème) soit par une recherche chronologique.
Et puisqu’il est question du Monde, on visitera régulièrement son site pour y glaner des dossiers d’actualité…

Un site très riche en données démographique, mais dont l’architecture bouge souvent, alors, allez fouiller vous-même….

L’ Association des Bibliophiles Universel (dernière visite le 11 juin 99) a repris pour la langue française le projet Gutenberg : offrir sur les réseaux l’accès aux textes du domaine public. On n’y trouve pas tout, mais on y trouve des trésors. Y compris des textes qui intéresseront fort l’historien. Jetez donc un coup d’oeil à son catalogue… Ce dernier s’enrichit régulièrement, et, contrairement à Gallica sur la BNF, les textes sont toujours au format texte, donc récupérables pour traitement.

  • Mappemonde : La revue de la maison de la géographie de Montpellier.

Le site est présenté par ses auteurs sur le mur des dazibao

L’histoire par périodes…

  • Un site de référence sur la Résistance en France, celui de l’Association de Résistants et Déportés Juifs, animé par un acteur de l’Histoire, Adam Raysky.
    On y trouve le texte de la publication de l’association, et des documents historiques sur la période. Un excellent site pour faire découvrir la résistance à des élèves, dans le cadre d’un travail de recherche ou de module.
  • Sur un thème parallèle, le site des Requis et Déportés nous propose des dossiers et documents sur l’ensemble de la déportation, y compris le STO. Textes,(programme du CNR, accords de Londre, procès de Nuremberg, procès Pétain…), photos, reproductions d’affiches…
  • Un excellent site sur la Guerre d’Espagne nous propose un dossier historique complet, des documents peu connus (le texte de la constitution de la République Espagnole), des témoignages d’acteurs…
  • Une très riche liste de liens sur le moyen-âge
  • Une collection de documents sur les capétiens
  • Le site des passionnés du Premier Empire. Tout sur Napoléon Bonaparte, une véritable gare de triage pour les meilleurs sites sur la question.
  • Toujours à propos de Napoléon, la Fondation Napoléon a construit un site très riche sur Napoléon. Non seulement le Grand, mais aussi le Petit ! (Napoléon III).
  • Une collection de photographies sur la Libération de Paris en 1944.

Divers

  • Et d’abord, le site de l’APHG, l’Association de Professeurs d’Histoire Géographie, qui vient de naitre sous l’impulsion de son président Robert Marconis, et animé par une vieille connaissance des amis de notre site puisqu’il s’agit d’Eric Castex, qui fut l’un des artisans fondateurs de notre site. Et puisqu’on parle de cette association chère au coeur de tous les enseignants d’histoire et géographie en France, n’oublions pas la régionnale Midi-Pyrénées de l’APHG, présidée par Jean-François Soulet qui fut notre inspirateur pour le dossier “Histoire Immédiate”, et animée par notre ami JC Sanchez…
  • Un cours d’histoire du droit des obligations, proposé par Yves LASSARD, Maître de Conférences à la Faculté de droit de Grenoble, hebergé par l’Université Pierre Mendès France de Grenoble. Outre un cours de droit qui enrichira votre culture personnelle et sera d’un grand secours en ECJS et TPE, on y trouvera une excellente bibliographie de référence sur la question.
  • Une encyclopédie en ligne offerte par les éditions Atlas :
      Les éditions Atlas viennent d’ouvrir en ligne une encyclopédie (on s’inscrit pour un abonnement gratuit) qui peut rendre d’utiles services pour une recherche simple. On accède aux informations un peu comme dans les moteurs de recherche soit en entrant un mot clé (comme sur Altavista) ou par le biais de thèmes prédéfinis à l’avance (annuaire type Yahoo!) ; ou bien encore on choisit parmi les médias proposés : cartes (voir ci-dessous), photographies ou liens internet. Des dossiers sur les questions d’actualités sont également proposés.
  • Images satellitales.
  • Amérique du Sud: un site en français consacré à l’Amérique du Sud, où l’on trouvera des données et dossiers historiques, et surtout géographiques.
  • Le GIP Reclus :
    Le G.I.P. Reclus-Maison de la Géographie

    • les dernières publications
    • le Festival International de Géographie de St-Dié-des-Vosges (oct.1996)
    • logiciels en shareware (charon et surface)
    • catalogue des publications
  • La Société ARTICQUE propose une présentation de son logiciel “Cartes et données” et de multiples activités dans le domaine géographique. Le site interactif vous propose de réaliser votre propre carte avec vos propres données. Assurément à assayer…
      Sur leur serveur :www.articque.com, vous pourrez procéder au telechargement gratuit du cartograpeur de Cartes et Donnees, de demonstration pour mac etwindows, de fonds de cartes…
      La même société propose sur son autre site des outils pour la fabrication en ligne de cartes thématiques avec différentes données (rgp 99 et autres données) sur les cartes de votre choix
  • Une collection de 80000 cartes postales de la France, fin XIX ème.

Une base photographique très intéressante, mais lente. Etonnante, vous y trouverez des images des plus petits villages de France !!! Exige l’utilisation de Netscape 2.

Vous êtes intéressé par l’histoire industrielle, vous avez là une mine (!) à exploiter. Saint-Etienne, l’histoire de la rubannerie, de la passemanterie, de la mine… La révolution industrielle, le monde ouvrier… Imaginez pour réaliser une recherche dans le cadre de l’enseignement modulaire sur l’évolution des techniques industrielles au 19ème…

  • Un excellent site consacré à la ville de Strasbourg (Auteur : Ludovic Turlin). On y trouve une très riche base photographique sur la ville organisée autour d’un plan. Il intéressera en particulier ceux qui envisagent une étude autour du thème européen. D’excellente qualité graphique il exige l’installation du mudule Flash sur votre navigateur (une version simple vous donne accès à la base photo mais est d’une moindre ergonomie).

Le site personnel d’un professeur d’histoire et géographie !!! Mais vous serez étonné par sa richesse !!! Vous y trouverez entre autre des séquences, des documents pédagogiques personnels, et même les programmes officiels d’histoire et géographie dans l’enseignement secondaire français (premier cycle, second cycle, cycle professionnel)…
De quoi donner des idées…

Encore une initiative personnelle, qui vous propose des branchements intéressants, fruits de longues enquêtes pour tirer les vers du Web…

Agropolis-Museum (Montpellier) est un musée de science et de société consacré aux nourritures et agricultures du monde. Vous pourrez visiter dès aujourd’hui l’exposition virtuelle “la fresque historique de l’agriculture et de l’alimentation”. Accompagné d’images ou de vidéos, d’un dictionnaire des mots-clefs et de liens vers d’autres services Internet, ce panorama des grands changements vous permet de voyager dans le temps, des premiers hommes aux supermarchés, de la maîtrise du feu à la consommation de masse en passant par les débuts de l’agriculture et le développement des sciences agronomiques.
Une des vocations de ce service est l’utilisation pédagogique. Ainsi, dans cette première exposition (une seconde, consacrée aux agricultures du monde , ouvrira prochainement), vous trouverez des éléments illustrant ou complétant les programmes d’histoire (exemple : Pour les Classes de 5ème , au programme Les grands voyages de découverte).

Un site scolaire, encore très limité mais qui annonce des dossiers à venir sur les secrets du tarn et Garonne : l’actualité culturelle du Tarn-et-Garonne, les hommes célèbres de Montauban, les curiosités locales. On remarquera quelques petits dossiers sur les pigeonniers, ou l’histoire locale.

Un site riche en documents historiques, et économiques en particulier, on y trouve en particulier un très riche dossier sur la cartographie avec une importante cartothèque… A visiter et à connaitre…

La taxe Tobin, la torture, l’Amérique Latine, commerce équitable… Des articles explicatifs, des liens avec d’autres sites…




Revenir à la page de garde

Posted in اجتماعيات | Réagir »

“Apprendre l’histoire et la géographie à l’école”

janvier 2nd, 2009 by cfieljadida2009
  Envoyé : 25/05/2008 23:41

Retour à la page d'accueil des publications Actes du colloque
“Apprendre l’histoire et la géographie à l’école”

 

 (877,70 ko) Une à deux décennies après le colloque de Montpellier sur l’histoire (1984) et celui d’Amiens consacré à la géographie (1991), s’est tenu à Paris, du 12 au 14 décembre 2002 , un colloque intitulé “Apprendre l’histoire et la géographie à l’École”.
Cette manifestation, organisée dans le cadre du programme national de pilotage de la direction de de l’Enseignement scolaire avec le concours du groupe histoire et géographie de l’Inspection générale, a réuni pour la première fois à ce niveau des représentants des deux disciplines (universitaires, inspecteurs, formateurs et enseignants des premier et second degrés de toutes les académies) afin de mener une réflexion sur l’apprentissage de l’histoire et de la géographie à l’École.
L’enjeu est de taille car la France est l’unique pays à assurer un enseignement suivi de ces deux disciplines, du cours préparatoire à l’enseignement supérieur, y compris dans les séries technologiques et professionnelles. Ce colloque a permis de dresser un état des lieux des deux disciplines résolument ancrées dans les sciences humaines et qui ont su se moderniser et s’adapter dans les contenus comme dans les pratiques. Il a aussi abordé des débats récents autour de la mémoire, de l’histoire du temps présent, de la mondialisation, de la question des territoires… Il a permis également de mener une réflexion sur la place des différents outils utilisés par les enseignants (cartes, documents, images, TICE, SIG…), de réfléchir à la formation des enseignants et de faire émerger les grands chantiers scientifiques, didactiques et pédagogiques qui s’ouvrent pour l’enseignement de l’histoire et de la géographie.
Introduction - Xavier Darcos, Richard Descoings, René Rémond, Michel Hagnerelle
Une culture historique et géographique pour tous
Apprendre l’histoire et la géographie, inventaire critique - Dominique Borne
L’enseignement de l’histoire et de la géographie pour tous : quelles finalités, quels enjeux ? - Table ronde
Quelle est la place de l’Etat-nation dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie ? - Table ronde
Les nouvelles “frontières” de l’histoire et de la géographie
Que dire du monde antique à l’École ? - Pauline Schmitt-Pantel
Que dire de l’Afrique à l’École ? - Roland Pourtier
L’Europe : un paradigme scientifiquement faible mais un enjeu civique - Gisèle Dessieux, Rémi Knafou, Enrique Leon
Un exemple d’espace en mutation : la Russie - Roger Brunet, Michel Piffault, Nicolas Werth
Mondialisation, globalisation, de nouvelles notions pour cerner un monde nouveau - Jean-Louis Carnat, Laurent Carroué, Pierre Grosser
Histoire et mémoire - Jean-Pierre Rioux, Annette Wievorka
Les enjeux épistémologiques de l’enseignement du temps présent - Henry Rousso, Dominique Varinois
L’environnement, un savoir partagé - Gérard Bonhoure, Robert Delort, Yvette Veyret
Le fait religieux dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie - Ghislaine Desbuissons, Bernard Hourcade
L’histoire et la géographie saisies par le genre - Chantal Février, Michèle Zancarini-Fournel
Enseigner les territoires
Territoires… D’un mot, de son usage et de son histoire - Alain Miossec
La question des échelles en géographie - Yves Lacoste
Le jeu des échelles : un biais utile à l’historien - Jean-Pierre Rioux
Quels territoires enseigner ? - Gérard Dorel, Jacques Gras
Enseigner les territoires de la proximité : quelle place pour l’enseignement du “local” ? - Danielle Champigny, Bénédicte Durand
Un cas très particulier : enseigner les territoires de la France - Jean-François Chanet, Jacqueline Jalta
Les outils de l’enseignant
Continuité et discontinuité chronologique dans l’enseignement de l’histoire - Dominique Borne, Patrick Garcia
Quels repères chronologiques, spaciaux et patrimoniaux doit-on retenir à l’école primaire et au collège ? - Benoît Falaize, Jean-Pierre Lauby
Comment enseigner l’histoire et la géographieau lycée professionnel ? - Michel Corlin, Joëlle Dusseau
La place des documents dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie - Gérard Granier, Françoise Picot
Les images dans l’enseignement de l’histoire - Christian Delporte, Marie-Claire Gachet
Cartes et images dans l’enseignement de la géographie - Paul Arnould, Catherine Biaggi
L’ordinateur aide-t-il à apprendre l’histoire et la géographie ? - Jacky Desquesnes, Jean-François Grandbastien
La formation des maîtres - Anne-Marie Cocula, Guy Mandon, Jean-Pierre Renard
Quels savoirs d’histire et de géographie évalue-t-on dans les examens ? - Bruno Mellina, Annie Zwang

Une culture historique et géographique pour tous
Apprendre et enseigner l’histoire et la géographie demain - table ronde
Une nouvelle alliance entre histoire et géographie François Dosse, Christian Grataloup, Michel Hagnerelle
Conclusions et perspectives Michel Hagnerelles
Les actes de ce colloque sont publiés par la direction de l’Enseignement scolaire en collaboration avec le CRDP de Versailles dans la collection Les Actes de la DESCO.
Télécharger l’intégralité (877,70 ko) de ces actes.

http://eduscol.education.fr/D0126/hist_geo_actes.htm
http://www.google.co.ma/search?hl=ar&rlz=1T4GGLJ_arMA259MA259&q=enseigner+par+image+l%27histoire+et+g%C3%A9ographie&start=10&sa=N

Posted in اجتماعيات | Réagir »